La rénovation écologique : pourquoi, comment ?

Un habitat plus vert

pose d'isolant écologique

Saviez-vous que 70% des habitations belges ont été construites avant les années 70 ? Leur consommation en énergie et leurs matériaux les rendent donc peu écologiques.

Vous souhaitez les moderniser ? Optez pour une rénovation respectueuse de l’environnement. En réduisant les besoins énergétiques de votre bâtiment et en vous dirigeant vers des matériaux verts, vous pourrez limiter considérablement votre impact sur la planète… et vos factures !
 

Quels travaux réaliser ?

Pour réduire votre empreinte carbone lors de votre rénovation, vous pouvez agir de deux manières : en augmentant les performances énergétiques de votre bâtiment et, pour ce faire, en favorisant les matériaux écologiques.

Les travaux à envisager diffèrent selon le logement. Comme pour tout chantier de rénovation, il s’agira de faire le point au préalable pour définir vos besoins. À l’aide de votre architecte et/ou de votre entrepreneur, listez les éléments à garder ou à moderniser : toiture, isolation, électricité, chauffage… Pour vous aider, tenez compte de votre certificat PEB : il vous indiquera les postes à améliorer, qu’il s’agisse de petits ou de grands travaux. Vous pouvez également faire réaliser un audit énergétique de votre maison, qui mettra en évidence ses faiblesses et vous aidera à prioriser les transformations. Cette démarche est d’ailleurs obligatoire si vous sollicitez une prime régionale.

Voici quelques exemples de travaux visant à économiser l’énergie sur le long terme, et donc à réduire votre impact sur l’environnement.

  • L’isolation de la toiture, des murs et des sols ;
  • L’installation de vitrages isolants ;
  • L’installation de systèmes de chauffage écologiques et performants tels qu’une pompe à chaleur, une chaudière biomasse, un chauffe-eau solaire... ;
  • L’installation d’une VMC ;
  • La pose d’une robinetterie économe en eau ;
  • L’installation de dispositifs d’énergies renouvelables comme des panneaux photovoltaïques ;
  • etc.

Quels matériaux choisir ?

Si la préservation de l’environnement vous tient à cœur, les matériaux écologiques, aussi appelés “éco-matériaux”, sont à privilégier pour vos transformations. Ils sont aussi efficaces que les matériaux traditionnels, tout en ayant l’avantage d’être durables et sans risques pour la santé. En effet, la composition des matériaux peut avoir une grande influence sur la qualité de l’air intérieur, par exemple.

Parmi les écomatériaux, on retrouve :

  • les matériaux issus d’une filière de recyclage
  • les matériaux biosourcés d’origine végétale : fibre de bois, lin, chanvre…
  • les matériaux biosourcés d’origine animale comme la laine de mouton

Vous pouvez également réemployer des matériaux (par exemple, des carrelages) récupérés sur un autre chantier, ou issus d’une entreprise située à proximité. Une autre bonne astuce est de limiter le nombre de matériaux utilisés lors de vos travaux : vous réduirez ainsi les chutes et le gaspillage.
 

Quelques labels

Quelques labels peuvent vous aider à bien choisir vos matériaux, en collaboration avec votre entrepreneur. En voici les principaux.

  • Nature Plus : les produits (revêtements, peintures…) sont d’origine renouvelable ou minérale à 90% ;
  • Ecolabel européen : il atteste notamment d’une faible présence de COV et de substances nocives ;
  • FSC Bois et PEFC Bois : ils certifient que le bois utilisé provient de forêts gérées durablement.

Renseignez-vous également sur le label Ange bleu, ainsi que les certifications Nordic Swan, NF Environnement, etc.
 

Écologique = économique

La rénovation écologique est accessible à tous et économique.

En effet, augmenter les performances énergétiques de votre bâtiment n’aura que des effets bénéfiques sur le long terme. Par exemple, une maison conventionnelle consomme en moyenne 200kWh/m² par an, ce qui équivaut à 20 litres de mazout par m². En rénovant votre habitation pour qu’elle corresponde aux standards “basse énergie”, votre consommation descendra à 60kWh/m² par an, tandis qu’une maison passive aura des besoins de chauffage inférieurs à 15kWh/m² par an. Cet investissement rentable se répercutera donc rapidement sur votre portefeuille.

Par ailleurs, les matériaux écologiques (revêtements de sols, peintures sans COV, matériaux de récupération…) ne sont pas plus chers que d’autres, et les techniques de pose peuvent facilement être mises en œuvre par le particulier, si vous êtes bricoleur. Pour ce qui est des isolants écologiques, ils sont également dotés de propriétés doubles, puisqu’ils assurent un confort thermique tout en favorisant une bonne ventilation.

Gardez donc à l’esprit qu’en optant pour une rénovation écologique, vous ne vous engagez pas seulement dans une démarche durable : vous vous prémunissez contre la hausse des coûts de l’énergie dans les années à venir, vous augmentez votre propre confort à l’intérieur de votre maison, et ajoutez à celle-ci une belle plus-value sur le marché immobilier.
 

Des moyens de financement

Comme toute rénovation, les transformations écologiques peuvent représenter un certain coût. Pour les financer, n’hésitez pas à vous renseigner sur les moyens de financement mis en place par les Régions.

A Bruxelles, le prêt vert offre un financement de 0% à 2% pour les transformations à visée énergétique. En Wallonie, le Rénoprêt ou le Rénopack peuvent être accordés pour le même type de travaux. Il s’agit de crédits à tempérament 0%.

Ces aides sont cumulables avec les diverses primes régionales.